Red Queen

   Cet article fait suite à une lecture commune organisée sur facebook. J'en profite pour vous conseiller de créer des groupes entre bloggeurs, cela permet réellement d'organiser de manière très simple des challenges, lectures communes, etc.
    J'ai d'autant plus apprécié cette LC que je ne me serais pas spontanément tournée vers ce roman, qui pourtant a été une bonne découverte, à tel point que j'attends la suite avec une certaine impatience. 


Résumé de l'éditeur :
Dans le royaume de Norta, la couleur de votre sang décide du cours de votre existence. Sous l’égide de la famille royale, les Argents, doués de pouvoirs hors du commun, règnent sur les Rouges, simples mortels, qui servent d’esclaves ou de chair à canon.
Mare Barrow, une Rouge de dix-sept ans, tente de survivre dans une société qui la traite comme une moins que rien. Quand elle révèle sans le vouloir des pouvoirs extraordinaires et insoupçonnés, sa vie change du tout au tout. Enfermée dans le palais royal d’Archeon et promise à un prince argent, elle va devoir apprendre à déjouer les intrigues de la cour, à maîtriser un don qui la dépasse, et à reconnaître ses ennemis, pour faire valoir l’indépendance de son peuple.


432 pages

     Mon avis : Comme l'introduction vous l'a fait pressentir, j'ai plutôt apprécié ce roman. Il faut dire que je ne suis pas une adepte de la littérature ado/young adult, mais les aspects que je trouve déplaisants dans ce genre ne se sont que très peu retrouvés ici. Je reviendrai là-dessus plus tard...
    Concentrons-nous sur l'histoire. Une sorte de dictature dont les dirigeants fondent leur autorité sur des caractéristiques naturelles, une population oppressée et sans réel espoir de voir sa situation s'améliorer puisque a priori, la cause de leur esclavage - la nature de leur sang - a peu de chances de changer, une rebelle... Jusque-là, rien de bien novateur, mais ce sont des ingrédients qui ont toujours bien fonctionné, donc pourquoi pas? Et en effet, le sujet n'est pas trop mal mené par Victoria Aveyard. 
    La présentation débute avec une cérémonie organisée dans un village Rouge, et pose rapidement les bases de la domination des Argents. La comparaison avec les combats de gladiateurs est très explicite et justifiée, mis à part qu'il ne s'agit pas d'une distraction prisée par le peuple mais bien d'une mise à mort obligatoire à laquelle sont obligés d'assister les Rouges, véritable démonstration du pouvoir des Argents. Tout ceci nous est présenté du point de vue de Mare, qui va guider toute notre perception des jeux de pouvoir entre les deux clans.
    Pour en revenir à notre héroïne, j'ai été partagée : elle m'a parue à la fois digne de l'archétype de la rebelle luttant pour renverser un pouvoir injuste et illégitime... et de celui de l'ado déchirée entre deux hommes pour qui elle a un coup de cœur. Je pense que c'est le point qui m'a vraiment rebutée dans ce roman. Elle m'a parue immature de ce côté-là, alors même qu'elle apparaît comme étant très courageuse dans tout ce qui touche aux problèmes rencontrés par sa famille. On se retrouve donc avec un personnage principal qui peut tout autant forcer notre admiration que nous agacer au plus haut point. D'un  autre côté, il ne faut pas oublier que Red Queen est avant tout un roman pour adolescents, qui s'identifieront certainement plus que moi à Mare et à ses choix cornéliens. D'ailleurs, on se retrouve rapidement face à un personnage qui m'a énormément rappelé l'Antéchrista d'Amélie Nothomb
    
    Globalement, le style d'écriture est inégal, avec quelques passages plutôt bien écrits et d'autres plus ordinaires, la lecture rendue fluide par des chapitres relativement courts. 
     L'accent est mis sur les enjeux politiques et non pas sur les choix amoureux de Mare, ce qui est un très bon point qui m'a permis d'oublier que le roman est au départ destiné à un public relativement jeune. Au final, j'ai passé un bon moment avec Red Queen, qui mérite une partie de l'engouement suscité auprès des bloggeurs, et j'attends le tome 2. 

    Pour découvrir les chroniques des partenaires, c'est par ici :


   Lecture conseillée (également sur le thème de la dictature...) :
   La Reine liberté, de Christian Jacq.
 

Commentaires

Articles les plus consultés