Paul di Filipo : La trilogie Steampunk



    Le steampunk est à l'origine un genre littéraire également appelé science-fiction rétro-futuriste. Si ce nom peut sembler contradictoire, il s'explique par le fait que type particulier de SF se tourne vers des époques antérieures -généralement le XIXè, mais d'autres peuvent être concernées, comme le XVIIIè ou le XXè- en les imaginant dotées d'une technologie qui n'existait pas durant ces périodes. Un petit exemple pour éclaircir tout ça : dans cette trilogie steampunk, de Paul Di Filipo, les histoires se déroulent pendant le XIXè, mais il existe des machines qui n'étaient pas encore inventées à cette époque. Ces machines sont habituellement très volumineuses, contrairement à la technologie moderne qui à tendance à miniaturiser au maximum. L'univers s'inspire énormément de celui de Jules Verne, et les moyens de locomotions principalement utilisés par les personnages sont les zeppelins, les dirigeables, les trains, les tout premiers avions... ou les sous-marins.

    C'est avec cette excellente trilogie que j'ai découvert ce genre, qui m'a immédiatement séduite. C'est un type d'écriture très décalé, et il me semble que cela fait partie des caractéristiques du steampunk. On ressent également la présence de critiques du XIXè de la part de l'auteur, preuve que l'on peut être fasciné par ce siècle tout en restant critique. Ceci ce comprend dans la mesure où, pour être tout à fait honnête, ce n'est peut-être pas la meilleure période du point de vue des mentalités. Du coup, les idées pourries des colons sur l'inégalité des cultures et la morale victorienne trop stricte s'en prennent plein la figure, et j'adore ça.

    Le genre steampunk a beaucoup évolué et n'est pas uniquement cantonné à la littérature : on trouve aussi cette esthétique dans la musique (comme chez Abney Park- cliquez pour voir la video- ou The Vernian Process-cliquez-, mais aussi dans le rap, le métal...), dans les films (comme dans Wild Wild West et le merveilleux train d'Artemius Gordan ou l'araignée géante de Arliss Loveless -cet exemple n'est pa le meilleur mais il a le mérite d'être très connu, et je m'en sers souvent pour expliquer aux "novices" le concept de rétro-futurisme) et dans la mode. C'est aussi un art de vivre pour certains qui aiment "bricoler" et accessoiriser certains objets de la vie quotidienne comme des ordinateurs ou des portables et même inventer des gadgets.



 

Commentaires

  1. Ton joli billet m'a 100% convaincue et en plus je compte voir le Steampunk avec mes élèves cette année.
    Alors je suis allée immédiatement sur Amazon pour le commander et là, cruelle déception, il n'est plus édité :'( aaaaahhhhh je suis déçue :'(

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Merci d'avance pour votre petit mot!

Articles les plus consultés