Jack Finney


     Je vous présente ici deux romans appartenant au genre steampunk : il s'agit du Voyage de Simon Morley et de sa suite Le Balancier du temps, de Jack Finney, tous les deux édités par Denoël dans l'excellente collection "Présence du futur", qui comporte de nombreux classiques.
    Chez Jack Finney, aucune machine n'est nécessaire pour voyager dans le temps : il suffit de se plonger dans l'ambiance de l'époque pour y parvenir. Si cela ne parait que très peu crédible au début, il faut dire que l'effet est tout de même réussi : on se plonge sans hésiter dans les différentes époques (le XIXè siècle dans le Voyage de Simon Morley et l'année 1912 pour le Balancier du temps), aidés par les photos en noir et blancs et les croquis que nous offre Finney. Il faut dire que les détails sont très soignés et que l'on est, dans le premier volume, assez loin des thèmes steampunk habituels, mais ne vous inquiétez pas, on les retrouve dans le deuxième tome.


    Le voyage de Simon Morley (récompensé le bien mérité Grand prix de l'Imaginaire), qui ouvre donc cette série, a pour destination le XIXè siècle, et plus précisément l'année 1882. Dans ce contexte, Simon Morley va tenter d'en apprendre plus sur la mort d'une amie de son aïeule. Dans le but de se préparer au voyage, Morley va donc, pendant des jours, se comporter comme un homme du XIXè, penser XIXè, manger XIXè, s'habiller XIXè... et entrer dans le XIXè. Je préfère vous avertir dès maintenant : les romans dont je parle sont des oeuvres de fiction et, par conséquent, vous ne pourrez pas atterrir au XIXè simplement en endossant les costumes ni en lisant la littérature de l'époque - j'ai déjà essayé... Arrivé là, il va tomber amoureux -quelle surprise! ce qui va pimenter un peu ce qui n'était au départ qu'une simple enquête.

 
     Après cette rapide présentation, passons maintenant au Balancier du temps. Je ne peux pas vous en dire trop sur ce deuxième roman sans révéler un élément fondamental du premier, mais disons simplement que nous retrouvons Simon Morley qui, toujours pour le compte du professeur Danziger, à l'origine des voyages, s'engouffre dans le début du XXè siècle afin d'essayer d'empêcher la seconde guerre mondiale. Là encore, le dépaysement est assuré par de nombreuses photos et quelques croquis qui permettent de mieux situer certaines choses! J'ai trouvé le thème steampunk beaucoup plus présent dans ce roman-ci, notamment avec les dirigeables et autres zeppelins, indissociables de cet univers.

   Ces deux romans constituent un excellent dyptique de science-fiction, mais ils risquent d'en décevoir certains par leur rythme lent. Cependant, si les péripéties ne s'enchaînent pas à un rythme effréné -ce qui, à mon sens, n'est pas forcément un mal, mais ce n'est que mon avis-, l'atmosphère est très bien étudiée et la reconstitution historique est impeccable. Je conseille donc ces romans plus aux amateurs d'histoire que d'action. Mais rassurez-vous, ces romans ne sont pas ennuyeux pour autant, bien au contraire : Simon Morley est un personnage complexe, tiraillé entre son époque d'origine et les époques qu'il visite.
   Ceci est d'autant plus marqué dans le Voyage de Simon Morley, à partir du moment où Morley se construit une deuxième vie au XIXè. De là, nostalgie pour son XXIè siècle, culpabilité de s'être si facilement adapté au XIXè siècle et de presque en oublier ses proches cohabitent dans l'esprit embrouillé de Morley. On retrouve également cette déchirure dans le tome suivant, où les allers-retours de Simon d'une époque à l'autre sont plutôt fréquents - de même que les doutes.

Commentaires

Articles les plus consultés