Jean Marigny




    Encore un pour la route... Jean Marigny avait déjà choisi les textes et écrit la préface de "Dracula et les siens", une anthologie que je vous ai présentée.
    Cette fois-ci, il nous présente un ouvrage théorique sur les vampires. Au sommaire, les origines du mythe bien sûr, mais aussi de nombreux exemples d'adaptation dans la littérature et au cinéma. Jusque-là, rien de bien nouveau, mais Jean Marigny a également étudié quelques uns des impacts du personnage du vampire, pas seulement artistiques puisqu'on sait déjà qu'ils ont été considérables, mais aussi dans la société, étant donné que ce genre de créatures n'étaient pas tout à fait considérées comme "politiquement correctes" au XIXè. Il nous révèle entre autres que Dracula a servi de bouc émissaire dans quelques cultures (par exemple, il symbolisait le communiste pour les américains des années 60). Une chose est sûre, le comte a dès son apparition endossé le rôle du mal...
   
    Cet ouvrage est assez bref mais très complet, et se tourne vers un aspect très important du vampire : pour Jean Marigny, le vampire n'est pas uniquement un mythe dans la littérature mais également dans la société occidentale. Je parle ici du personnage de Dracula et de tous ceux qui lui sont très proches, mais le vampire est une sorte de légende répandue à travers le monde sous différentes formes, et ce au moins depuis l'Antiquité. En ceci, le vampire est en réalité au moins aussi populaire que le fantôme mais Marigny s'est surtout intéressé au vampire que l'on connaît actuellement, sorti du même moule que Lord Ruthven. Personnellement, ce n'est pas pour me déplaire, mais si vous êtes en quête d'un peu de nouveauté, rassurez-vous, il existe bien d'autres variations sur le thème du vampire, comme dans le Salem de Stephen King par exemple. Pour consolation, vous trouverez dans ce livre une superbe liste des films ayant été inspirés par les vampires, parmi lesquels figurent des classiques tels que ceux de Terence Fisher ou celui de Werner Herzog.
   
   Je vous avoue m'être demandé pourquoi avoir intitulé ce livre Le réveil des vampires : j'ai d'abord soupçonné Jean Marigny d'avoir voulu ajouter un titre un peu effrayant pour mieux captiver le public, avant de me demander si, au début des années 90 (le livre a été publié en 1993), on n'aurait pas assisté à une recrudescence de l'intérêt porté au fantastique, semblable à celle que l'on connaît aujourd'hui, mais peut-être plus "cultivée" et moins tournée vers le public adolescent (je veux dire, vers la plus mauvaise partie du public adolescent). Si vous avez des réponses à cela, n'hésitez pas.

Commentaires

Articles les plus consultés