Connie Willis : Le grand livre



   J'ai découvert Constance Elaine Trimmer Willis, plus connue sous le nom de Connie Willis, avec son roman Le grand livre. Cette auteure a reçu de très nombreux prix, et ce  n'est pas qu'une banale formulation : elle a raflé onze fois le prix Hugo, sept fois le prix Nebula, et onze fois le prix Locus... Certains pourront peut-être avancer qu'un bon auteur n'a pas besoin d'une mise en avant de ses récompenses littéraires, mais il faut reconnaître qu'un nombre aussi impressionnant de distinctions encourage le lecteur à développer une idée favorable de l'auteur.

    Le grand livre est un roman de science-fiction publié en 1992, dans lequel une jeune étudiante de treize ans passionnée d'histoire médiévale, Kirvin, se rend au moyen-âge lors d'une période critique. Il s'agit de l'année 1320, qui précéde une terrible épidémie de peste. Cette expédition temporelle est minutieusement organisée et contrôlée par le professeur Dunworthy, mentor de la jeune fille, accompagné  d'une petite équipe de chercheurs et amis. En effet, dans le XXIè siècle du roman, les voyages dans le temps, s'ils sont courants, ne sont encore qu'une découverte à manier avec énormément de précautions, d'autant plus qu'une erreur de calcul pourrait projeter Kirvin en pleine épidémie de peste bubonique.
     Dans le même temps, des archéologues travaillant sur un chantier de fouilles médiéval sont pris d'un soudain accès de fièvre virulente...

    Connie Willis est manifestement une passionnée d'histoire : son roman à la reconstitution très fidèle ne se contente pas de nous retracer les habituelles histoires de successions de rois ou autres, mais s'intéresse à la vie d'un village, voire hameau, médiéval. L'auteur sait faire preuve d'un humour efficace, à tel point que l'on regrette parfois que le roman soit si dramatique. Certaines personnes ont reproché à l'auteur la transparence du récit, qui d'après eux ne laisse pas le moindre doute sur les événements à venir. S'il est vrai que certains passages laissent effectivement pressentir la suite des événements, le reste du roman est assez surprenant et ménage d'assez bons retournements de situation.
    Il n'est pas nécessaire d'être passionné(e) d'histoire médiévale pour vous plonger dans ce roman, je peux en témoigner. Évidemment, si votre période historique favorite est le moyen-âge, vous apprécierez plus la lecture que les amateurs de science-fiction n'ayant pas d'intérêt particulier pour cette époque, mais Le grand livre peut plaire à une grande variété de lecteurs : l'aspect principal, la science-fiction, est très développé et les théories et explications quant aux voyages dans le temps sont plus que satisfaisantes. Elles s'appuient en effet de manière très cohérente sur des principes scientifiques récents, tout en laissant une grande place à nos imaginations débordantes pour compléter ce qui n'a pas (encore?) été découvert.

Commentaires

Articles les plus consultés